Vienne : Logements sociaux

Karl Marx Hof ParcRetour dans la capitale autrichienne pour une promenade sur le thème de Vienne la Rouge. Très probablement les pages des guides touristiques qui attirent le moins de monde… ce qu’on comprend facilement, il faut bien le dire. On est là très loin des bâtiments flamboyants du centre-ville. Mais une importante page d’histoire autrichienne s’est jouée là, ce qui a fortement titillé ma curiosité.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je me permets de vous conseiller de lire d’abord, si ce n’est pas déjà fait, le précédent article sur Vienne la Rouge, qui raconte toute l’histoire qu’il y a derrière tout ça. Sans le contexte historique, cette visite est quand même nettement moins intéressante. Et je vais y faire référence à répétition. Donc si vous voulez savoir de quoi il est question au juste : cliquouillez par ici.

Karl Marx Hof

De tous les logements sociaux construits à Vienne dans les années 1920-1930, l’immeuble le plus célèbre et le plus remarquable est sans aucun doute le Karl Marx Hof.

Je ne pense pas avoir besoin de vous rappeler qui est Karl Marx, si ? Le Capital, tout ça tout ça… Pour ce qui est du terme Hof, il n’est pas à traduire en « immeuble » : il signifie « cour ». Le choix de ce mot vient du fait que pour toutes ces constructions, ils se sont toujours appliqués à laisser de l’espace pour des petits coins de nature, histoire d’y rendre la vie plus agréable. Directement intégrés dans ces ensembles, on trouve donc de nombreux squares, voire de véritables parcs, comme c’est le cas au Karl Marx Hof.

Kindergarten

Le Kindergarten du Karl Marx Hof

L’ensemble détient le record du plus long bâtiment résidentiel du monde : plus d’un kilomètre de long ! Avec ses quelque 1300 appartements et ses milliers d’habitants, le Karl Marx Hof est une véritable ville dans la ville. D’autant qu’on n’y trouve pas seulement des logements mais aussi de nombreux équipements collectifs et autres services publics : lavomatiques, bains, cabinets médicaux, poste, restaurant, bibliothèque, Kindergarten

Statues muralesTout cela a été construit entre 1927 et 1930 sous la direction de l’architecte Karl Ehn, qu’il faut applaudir. Car ce n’est pas seulement d’une taille impressionnante. Ça a aussi une certaine classe. Avec ses couleurs ocre, le Karl Marx Hof est très loin des blocs de béton gris déprimants qu’on voit si souvent dans les quartiers défavorisés. (Mais on en croisera plus loin, ne vous en faites pas.) Et c’est bien la première fois que je vois des statues orner les murs d’un HLM.

jardin ouvrierPas directement intégrés dans l’ensemble mais placés juste à côté, le long de la voie ferrée, on trouve également des jardins ouvriers, destinés aux habitants de l’immeuble qui ont des envies de jardinage. Une chose est sûre : ce n’est pas là qu’on va manquer de verdure. D’ailleurs, la petite statistique pour le fun : sur les presque 16 hectares de terrain du Karl Marx Hof, seuls 18,5% sont pris par le bâtiment lui-même. Le reste, c’est des parcs et des jardins.

L’endroit n’est pas seulement remarquable pour l’architecture et les parcs… mais aussi pour son aspect historique. C’est ici-même que s’est déroulé le gros des combats de la guerre civile de 1934.

L’Heimwehr a attaqué les socialistes directement chez eux. Et ceux-ci se sont retrouvés bien vite débordés. D’autant que l’armée n’a pas tardé à intervenir à son tour et sans faire dans la subtilité : ils ont carrément bombardé le bâtiment. Il faudra attendre les années 1950 pour qu’il soit réparé.

En souvenir de ces événements, la place centrale du Karl Marx Hof s’appelle maintenant Place du 12 février, date du début de la guerre civile.

Et puisqu’on parle des changements de nom, après la guerre civile, le bâtiment fut pour un temps renommé Biedermann Hof, du nom d’un des chefs de l’Heimwehr. Plus précisément celui qui avait dirigé l’attaque contre l’immeuble. Histoire de faire un joli souvenir, pour les habitants. Ce fut changé en 1935, pour passer à Heiligenstädter Hof, bien plus neutre. (Heiligenstadt, c’est juste le nom du quartier.) Avant bien sûr de revenir à Karl Marx Hof en 1945.

Karl Biedermann

Karl Biedermann, pendu avec une pancarte « J’ai pactisé avec les Bolcheviques ! »

Cela dit, Karl Biedermann a fini par avoir une rue à son nom dans Vienne, en 1995. Bizarre ? Pas tellement, en fait. Le bonhomme fut certes l’un des responsables de la mise en place de la dictature en Autriche. Et il intégra la Wehrmacht dès l’Anschluss. Il y fut même promu major en 1940. Mais ça ne l’empêcha pas de rejoindre ensuite la résistance. Au sein même de la Wehrmacht. Parce que ouais, ça a existé, ce genre de choses. Et le bonhomme a joué un grand rôle dans la libération de Vienne, en avril 1945. Sans lui et ses hommes, l’Armée Rouge n’aurait jamais pu prendre la ville aussi facilement. (Enfin, « facilement »… l’opération ayant été un semi-échec, il y a quand même eu des dizaines de milliers de morts. Mais ça aurait été pire sans.) Malheureusement pour lui, il s’est fait capturer, puis pendre en public par les Nazis… non loin de la rue qui porte maintenant son nom.

Mais revenons donc à nos HLM.

Karl Seitz Hof 2

Karl Seitz Hof. Pas aussi emblématique que Karl Marx Hof… mais ça a quand même de la gueule et c’est tout aussi imposant. Ça ne bat peut-être aucun record de taille mais il y a tout de même près de 1200 appartements, un nombre tout à fait respectable.

Horloge Karl Seitz HofCet Hof-ci a été construit de 1926 à 1933, selon les plans d’un certain Hubert Gessner. Je n’irai pas m’extasier devant, ça reste surtout un monumental bloc de béton bigrement imposant… mais ça a quelque chose de relativement élégant. Et ça se permet même quelques fantaisies, par exemple du côté de cette horloge, placée au sommet du bâtiment, dans un coin.

Là encore, on a affaire à une ville dans la ville, avec ses Kindergarten & cie. J’ai même trouvé une école de danse et un club de karaté, là-dedans.

Pendant la guerre civile, le Karl Seitz Hof a connu son lot de combats. Mais rien de vraiment comparable à ce qui s’est passé au Karl Marx Hof. Et pas non plus de changement de nom fortement connoté ici.

Karl Seitz Hof 1Au centre du Karl Seitz Hof, on trouve la Place Karl Seitz, avec son parc… le parc Karl Seitz. Dont le centre est occupé par un buste… de Karl Seitz.

Qui est Karl Seitz ? Le tout premier président de la République d’Autriche, en 1919-1920. Après ça, il fut maire de Vienne, de 1923 à 1934. (Vous pouvez donc en déduire sans surprise qu’il était socialiste.) Ce qui fait que c’est Karl Seitz en personne qui a posé la première pierre du Karl Seitz Hof. Pas que le bonhomme ait été mégalo. Au départ, c’est juste les gens qui ont pris l’habitude d’appeler ainsi le bâtiment. Mais dès que le mec est mort, en 1950, ils se sont précipités pour en faire le nom officiel. Faut croire qu’il était aimé. Mais il est à noter qu’il était originaire de ce quartier. Il y a donc peut-être un poil de fierté locale derrière tout ça.

Winarsky Hof

De taille plus modeste (moins de 600 apparts), voici le Winarsky Hof, construit en 1924-1925, comme nous le souffle discrètement la façade du bâtiment, par… par toute une équipe d’architectes et je ne vais peut-être pas vous mettre la liste complète.

Winarsky Hof CourEncore une fois, on retrouve les espaces verts au milieu des bâtiments, les équipements collectifs… Il paraît qu’il y avait même un cinéma intégré à l’immeuble, à la base. Mais il fut détruit en 1936.

Depuis le début des années 1990, l’immeuble dispose d’ascenseurs, qui ont la particularité d’être en extérieur, dans des cages en verre. Cela donne au Hof un air faussement moderne et rend sa façade aisément reconnaissable. Bon, ok, avec son nom écrit en énorme dessus, on peut difficilement avoir des doutes… mais bon.

Le bâtiment tient son nom de Leopold Winarsky, une figure importante de la gauche autrichienne du tout début du XXème siècle. Il s’est battu en particulier pour les droits des apprentis et des jeunes travailleurs. Il n’a pas occupé de poste particulièrement important… mais la République d’Autriche est née plusieurs années après sa mort, ça n’aide pas.

En tout cas, ce Winarsky Hof est encore un immeuble plutôt élégant… ce qui n’est définitivement pas le cas de son voisin l’Otto Haas Hof, juste de l’autre côté de la rue.

Otto Haas Hof 2

On va faire court : c’est moche.

Cette chose a été construite en même temps que le Winarsky Hof. On y retrouve tout autant d’espaces verts et d’équipements collectifs… mais ici, on a oublié de cocher la case « élégant ». C’est juste un bloc de béton dégueulasse. Merci à mon guide pour m’avoir emmené là. Ça valait le coup d’œil.

C’est à un certain Adolf Loos que l’on doit cette beauté. Le mec soutenait que les ornementations, c’était forcément moche. … C’est un point de vue, je suppose. En tout cas, ça explique des choses.

Otto Haas HofOtto Haas, qui a donné son nom au Hof, était un résident de l’immeuble, de la fin des années 1920 au début des années 1940. C’était un socialiste, comme tous les autres, mais son militantisme acharné alors même que son parti était interdit lui a valu de devenir une figure de proue de la gauche viennoise sous la dictature autrichienne, puis dans l’Allemagne nazie. Une position pas franchement sûre, c’est le moins que l’on puisse dire : elle lui coûta la vie.

En 1942, Otto Haas se fit arrêter par les Nazis… avant de se faire interroger et torturer… pendant deux années entières. De par sa position, il en savait beaucoup trop long pour son propre bien. Il en a dévoilé beaucoup… mais à sa place, je doute que beaucoup seraient restés muets. Ils ont fini par l’exécuter en août 1944, par pendaison.

Cour Jodl Hof

Professor Jodl HofBien moins austère, voici le Professor Jodl Hof, construit juste après les précédents, en 1925-1926. Le bâtiment se reconnaît facilement, avec ses angles, ses saillies et ses creux, et surtout ses tours en étoile. Après l’Otto Haas Hof, ça change.

Friedrich Jodl, dont le Hof porte le nom, était un philosophe et professeur à l’Université de Vienne de 1896 à sa mort, en 1914. Mais ce qui lui vaut l’honneur d’avoir son nom (et même son portrait) sur un bâtiment, ce sont ses intenses activités pour mettre l’éducation à la portée de tous. Médaillon JodlIl dirigeait une association qui donnait des cours à des adultes, donnait séminaire après séminaire et publiait pas mal d’articles dans les journaux. Il remettait aussi en cause la domination de l’Église dans les écoles et les universités. De quoi se faire une bonne petite réputation.

Vous aurez remarqué au fil des photos que le nom des immeubles est à chaque fois écrit en grand sur les murs. Souvent accompagné par les dates de construction. Plutôt curieux, déjà. Mais là où ça devient marrant, c’est avec ces inscriptions systématiques, sur les façades, qui nous disent que c’est grâce à la commune de Vienne que ces logements existent. WohnbausteuerPlus fort encore, on nous précise même régulièrement, comme c’est le cas ici, l’impôt qui a permis de financer la construction, le Wohnbausteuer. En résumé : « Regardez comment que c’est trop bien, ce qu’on fait ! », en à peine plus subtil.

Bon, après, on peut se dire qu’il fallait bien montrer ce que permettaient de faire les impôts créés par le SDAP, histoire de les faire accepter. Rappelons que pour l’époque, c’était quasi-révolutionnaire. Mais faut quand même bien dire que là, ça a comme un goût de bonne petite propagande des familles.

Et il semble que les habitudes ont la vie dure. Car ce genre d’inscriptions, ils en font toujours. Une fois la Seconde Guerre mondiale finie, les socialistes ont repris le contrôle de Vienne. Et les HLM ont continué de pousser.

Matthäusgasse 3Juste à côté de l’endroit où nous logions (simplement de l’autre côté de la rue, en fait), il y en avait un exemple, bâti en 1983-1984, d’après le mur. C’était la première fois qu’on voyait ça, alors au début, on a cru que le texte était là pour rappeler un événement important qui aurait eu lieu là… mais non. C’est juste pour dire que c’est la commune qui a construit ça. Bon, ok, la tournure a changé : maintenant, c’est légèrement plus habile. Ce n’est plus « construit par la commune de Vienne », c’est un « immeuble d’habitations de la commune de Vienne ». Un peu plus neutre… même si le message est le même. Et puis, par rapport au Winarsky Hof, il faut bien reconnaître qu’ils ont considérablement réduit la taille des caractères.

Par contre, c’est moche. Son architecte (un certain Johann Georg Gsteu, si vous tenez à le savoir) devait être un admirateur d’Adolf Loos. Avec les jolis bâtiments colorés qui l’entourent, cet immeuble fait vraiment tache dans le paysage. Il y aurait bien besoin d’un coup de peinture.

Mais il y a aussi des HLM modernes qui ont de la gueule. Comme celui-ci :

Hellwagstrasse 16a

Tout rose-violet. Sympa, non ? Et avec son coin entièrement vitré, il sait se distinguer. Construit de 1993 à 1995, apparemment. Au moins, j’ai pas besoin de beaucoup me fatiguer pour vous donner les dates. Il suffit de regarder les photos.

On arrive au bout de ce que j’ai vu de Vienne la Rouge. Et il faut être honnête : ce fut l’une des visites les moins excitantes que j’aie jamais faite. À part le Karl Marx Hof, qui peut éventuellement valoir le coup d’œil (la bestiole est vraiment impressionnante), je me promenais de « mouais » en « bwark ». Ce n’est vraiment pas le genre de visite que je conseillerais. Vaut mieux laisser un blogueur un peu fou y aller pour vous et vous raconter comment c’était. Je me suis bien plus éclaté à lire sur l’histoire qu’il y a derrière et en faisant mes recherches pour le présent article et le précédent que lorsque j’étais en train de me promener sur place. D’autant que, si le guide présente ça dans une jolie rubrique thématique, en réalité, les bâtiments sont éparpillés dans toute la ville et il faut pas mal crapahuter pour aller de l’un à l’autre.

Mais je ne regrette pas d’y avoir été. Historiquement, ça reste intéressant et je suis content d’avoir vu ça de mes yeux. Et puis ça équilibre : ça permet de voir autre chose de Vienne que ses palais. Parce qu’il faut bien le dire : d’habitude, on ne va voir que des trucs de riches. Un peu de justice !

Publicités

Une réflexion sur “Vienne : Logements sociaux

  1. Pingback: Le logement social à Vienne | Blogue de Jean-Pierre Martel

Ici, vous pouvez tapoter un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.